Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• EDITO
• LE «PRINTEMPS MUSICAL DES ALIZéS»
• LES GNAOUAS
• LES INSTRUMENTS DES GNAOUAS
• LA MUSIQUE ARABO-ANDALOUSE & SES INSTRUMENTS
• HISTOIRE D€UNE RELIGION
• RAMADAN & FTOUR
• L€ARAUCARIA : L€ARBRE EMBLéMATIQUE D€ESSAOUIRA
• LE PAYS HAHA
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 45
• EDITO N° 45
• CLIN D€ŒIL
• VERS LE CAP SIM
• DAR SOLTAN ET BORJ EL OUED
• LA PêCHE à PIED
• LA SOURCE LMAHALOU
• LES NAUFRAGÉS DU CAP
• MOHAMED ZOUZAF
• «JEAN-PAUL OF ST. BARTH.», DES BIJOUX « éQUITABLES » !
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 44
• EDITO N° 44
• LES ZAOUïAS
• SECRET DE PORTES
• CATHERINE VIEU VOYAGE AU BLED
• HISTOIRE DE FILLES, CHIC & CHOC !
• DATTES ET PALMIER
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 43
• EDITO N° 43
• ESSAOUIRA SAINT-MALO : SŒURS JUMELLES OU VILLES EN MIROIR ?
• LE THé, UNE CULTURE PARTAGéE ENTRE LA CHINE ET LE MAROC !!
• GéRALD VALMER
• RAPHIA CRAFT MIRO UN CRéATEUR RARE !
• LE PAON, OISEAU MYTHIQUE
• ROUTE CÔTIÈRE DE SAFI, KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 42
• EDITO N° 42
• MAGIE DE TOUJOURS MEMOIRE D€ANTAN IMPRESSIONS D€AUJOURD€HUI-!!!!!
• CIMETIÈRE JUIF & HAÏM PINTO
• LA SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• LES EPICES
• HERVé  M. SEVAT MéMOIRES D€OUBLI
• UNE JOURNÉE DE BALADE NATURE ET CULTURE ! ESSAOUIRA-TAMANAR TABAYAT-TAFEDNEY-ESSAOUIRA
• ZAPPING SUR LA VILLE
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014

GUIDO N° 41
• EDITO N° 41
• ESSAOUIRA « VILLE MONDE »
• AGADIR ET ESSAOUIRA, LE NEC PLUS ULTRA DES VACANCES BALNÉAIRES AU MAROC
• LE VOYAGISTE THOMAS COOK SÉDUIT PAR LA DESTINATION MAROC
• LE MUSéE NATIONAL DU THé à ESSAOUIRA PARTENARIAT SINO-MAROCAIN
• ESSAOUIRA & LA POLOGNE
• LES MUSIQUES D€ESSAOUIRA
• LA MUSIQUE D€ESSAOUIRA ET D€AILLEURS CONCERT à L€IMA à PARIS
• RALLYE AïCHA DES GAZELLES 24èME éDITION DU 14 AU 29 MARS 2014
• ESSAOUIRA ET SA RÉGION : UNE MISE EN VALEUR PAR L€ARGANIER
• LA SARDINE COUSUE-MAIN

GUIDO N° 40
• EDITO N° 40
• LE CONSULAT DANOIS, UN BâTIMENT HISTORIQUE EN PéRIL
• DES MAQUETTES NAVALES, UNIQUES EN MéDINA !
• UN ARGANIER REMARQUABLE, OUI MAIS POURQUOI ?
• QUAND L€ART SE DEVOILE AU GRE DU VENT UN RENDEZ-VOUS EXCEPTIONNEL
• HISTOIRE D€ANI(MOT) : LE DROMADAIRE OU LE CHAMEAU
• LE CITRON ET SES VERTUS
• ZAPPING EN VILLE
• MROUZIA DE L€AID EL KÉBIR

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• ZOOM SUR LA VILLE
• LA PLACE MOULAY HASSAN
• RESPIREZ, NAGEZ, BOUGEZ, L€éTé EST Là !!
• LES GNAOUA ET LE FESTIVAL
• PANORAMA SUR LES ARTS PLASTIQUES SOUIRIS

GUIDO N° 38
• EDITO N° 38
• LA SYNAGOGUE ATTIA : FUTUR MUSéE DU JUDAïSME ?
• CHBANATE !!
• INSTALLATIONS DE PêCHE
• LA PâTISSERIE DRISS LIEU DE LA VILLE, UN ENDROIT IMPROBABLE
• AZIZ MOUJELLIL, PEINTRE/PORTRAITISTE
• LE PROJET DU CENTRE CULTUREL MOGADOR,
• LE RETOUR DE L€IBIS CHAUVE OU GERONTICUS EREMITA
• AïN AHJAR OU « LA SOURCE DES PIERRES »

GUIDO N° 37
• EDITO N° 37
• ECRIVAIN PUBLIC, UN MéTIER QUI PERDURE !!
• LA COOPéRATIVE DES MARQUETEURS
• LE MENZEH (OU ENTREPôT)
• YENNAYER OU LE NOUVEL AN BERBèRE OU AMAZIGH
• LE GENêT BLANC OU BILOUGUI
• BALADE EN VILLE
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 36
• EDITO N° 36
• RETOUR SUR LE FESTIVAL GNAOUA JUIN 2012
• L€éGLISE PORTUGAISE & LE CONSULAT DANOIS
• VOLUBILIS, UNE PLANTE à FLEURS, UN SITE ROMAIN ANTIQUE
• LE FAUCON D€ELéONORE
• D€ESSAOUIRA à SIDI KAOUKI, DUNES, PLAGES DéSERTES ET VILLAGES DE PêCHEURS
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 35
• EDITO N° 35
• L€ATELIER MONETAIRE D€ESSAOUIRA - MOGADOR
• ABDELAZIZ BAKI
• GERARD LOUCEL
• ARTISANS DU ROSEAU
• SAFI : LA MéDINA & LES MARABOUTS DE BORDS DE MER
• ZAPPING EN VILLE
• L€ARBRE DU VOYAGEUR OU RAVENALA MADAGASCARIENSIS
• MéMOIRE DES LIEUX : PLACE KHABAZINE OU GHOUBSZINE (CEUX QUI VENDENT LE PAIN)

GUIDO N° 34
• EDITO N° 34
• LA SYNAGOGUE SLAT LKAHAL
• L€ATELIER EMPREINTE : LES CADRES DE CAROLE ADALLOUCH
• MAGIC YOUSSEF : OU « UN PETIT TRUC TOUT SIMPLE » !
• A PROPOS D€ART, Y A-T-IL UNE ECOLE D€ESSAOUIRA ?
• L€ANE, PAS SI TêTE DE MULE !!
• ZAPPING EN VILLE
• MIMOSA ET FRAISES, L€HIVER EN COULEURS !

GUIDO N° 33
• EDITO N° 33
• LE CRIN VéGéTAL: UNE ANCIENNE HISTOIRE !
• DE L€OLIVE à L€HUILE ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT€
• CONFITURE D€OLIVES NOIRES
• LES PISTES AUTOUR DE SIDI KAOUKI
• ZAPPING EN VILLE
• LA GRENADE, (PUNICA GRANATUM), UN FRUIT MYTHIQUE

GUIDO N° 32
• EDITO N° 32
• AMERS ET PHARES : DES REPèRES POUR LES MARINS
• ANDRé MéNARD
• BABAHOUM
• LES CENTRES DE BIEN êTRE
• SAFI
• LE PHYTOLACCA EN PéRIL !
• LA STéVIA, UNE PLANTE AUX MILLE VERTUS
• ALAIN GéREZ

GUIDO N° 31
• EDITO N° 31
• GNAOUA ET MUSIQUES DU MONDE
• LE QUARTIER INDUSTRIEL : UNE NOUVELLE VIE?
• LA TANNERIE CAREL
• LES GRANDS MOULINS D€ESSAOUIRA
• MOHAMED TABAL : PEINTRE DES GNAOUAS
• ESPRIT NATURE
• AZEMMOUR
• LES TAZOTAS
• CHARLES KERIVEL : GRAND SUD MAROCAIN
• VU DANS LA PRESSE AU FIL DES JOURS
• FERMETURE DU MUSéE DE LA VILLE ?
• L€éPINARD : UN MOT, UNE PLANTE

GUIDO N° 30
• EDITO N° 30
• ALLIANCE FRANCO-MAROCAINE D€ESSAOUIRA
• ESSAOUIRA : LA MUTANTE
• BELAID BELHAOUI : DESSINATEUR DU VIVANT
• LE CAFé-HôTEL AABDI ET LA TRIBU DES AABDA
• ECHAUGUETTE - MOUCHARABIEH - JUDAS,
• ZELLIGE : L€HISTOIRE D€UN MOT
• TOURISME VERT à IDA OUGOURD
• ZAPPING EN VILLE
• LA FèVE, SACRéE PLANTE !

GUIDO N° 29
• EDITO N° 29
• FESTIVAL DE L€éTRANGE
• RENZO LULLI : SCULPTEUR
• L€HORLOGE
• LA FIXATION DES DUNES à ESSAOUIRA
• LE POSTE WATIER : MOULAY BOUZERKTOUN
• SECRETS DE BEAUTé DES FEMMES DU MAROC
• ZAPPING EN VILLE
• LE KAHKAH

GUIDO N° 28
• EDITO N° 28
• ANDALOUSIES ATLANTIQUES 2010
• PETITARTPETIT : ATELIER D€ARTS PLASTIQUES ET BOUTIQUE
• LE MUSéE SIDI MOHAMMED BEN ABDALLAH
• EPILATION à LA CIRE ET AU FIL
• DES MOTS € VALISE, HISTOIRE DE RIRE
• ZAPPING EN VILLE
• LA VALLéE DU PARADIS
• LE JACARANDA, LE FLAMBOYANT BLEU

GUIDO N° 27
• EDITO N° 27
• SAVE CINEMAS IN MAROCCO
• LE SOUK DE LA LAINE à ESSAOUIRA, UNE ACTIVITé QUI DISPARAîT
• LA RéHABILITATION DU MELLAH & DU QUARTIER DE LA SCALA
• TAGENZA & LE GARA GARA
• CITRON, LIME, LIMON
• LES BARQUES D€ESSAOUIRA EN DANGER
• CUISEURS SOLAIRES

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• INONDATIONS, LES PONTS DE DIABET
• LE BARRAGE DE ZERRAR
• SIDI MOGDOUL
• L€ASPHODèLE OU « POIREAU DE CHIEN »
• ASSASSINS
• OUALIDIA OU WALIDIA
• LA STèLE DE BIR KOUAT, UN MYSTèRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 25
• EDITO N° 25
• LE MIROIR D€ALICE : IOSU URIZ
• LES SAVONS DE MOGADOR
• LE PHYTOLACCA DIOïCA
• HAMMAM ET SPA
• SALADE DE MORUE à LA PASTèQUE
• ITINéRAIRE DANS LA VILLE ROUGE

GUIDO N° 24
• EDITO N° 24
• STREET ART
• DU VENT DANS LA TêTE...
• BLEU
• L'HUILE D'ARGAN DE SIDI YASSINE
• NEKNAFA ET SA « STATION THERMALE »
• TAJINE D€AGNEAU...
• LA STèLE DE BIR KOUAT : UN MYSTèRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 23
• DéSIR D'EAU - HISTOIRE D'EAU
• MEMOIRE DU PORT, CARNET DE BORD
• LES SQALAS
• L'EAU
• ABDELKEBIR KHATIBI
• LE LITTORAL DANS LA RéGION D'ESSAOUIRA
• BROCHETTES D€ESPADON....

GUIDO N° 22
• EDITO N° 22
• RALLYE AICHA DES GAZELLES 2009
• LE SABRA OU SOIE VéGéTALE
• CHARABIA
• LA MOSQUEE
• LA MENTHE, L€ABSINTHE
• LES CASCADES DE SIDI M€BAREK
• CôTES D€AGNEAU AU MIEL...

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13
• ZEN RITUELS SPA à L'HEURE BLEUE PALAIS
• ESSAOUIRA, EMBARQUEMENT IMMEDIAT

Guido : 35 - L€ATELIER MONETAIRE D€ESSAOUIRA - MOGADOR

Les îles de Mogador et plus largement le site, occupées depuis le néolithique, sont connues depuis l’Antiquité.

En 1760 le sultan alaouite Sidi Mohammed ben Abdallah (1757-1790) décide de créer un port et une ville moderne à Mogador et de fermer le port d’Agadir, débouché du Souss. Le nouvel établissement, plus facile à contrôler qu’Agadir, aura le monopole du commerce extérieur du royaume. Il aura comme mission de drainer tout le commerce du sud marocain, dont le le Sahara.

Un atelier monétaire produisant des monnaies d’argent et de bronze est ouvert en 1767. L’atelier sera en activité sous le règne des sultans et princes :

- Sidi Mohamed III ben Abdallah (1757-1790)
- Moulay Icham ben Mohamed (1790-1797) prétendant au Trône
- Moulay Soulayman ben Mohamed (1792-1822)
Pendant 54 ans, de 1760 à 1818 (1180 H à 1234 H) environ on fabriquera des dirhams d’argent et leurs divisionnaires, muzunas ou ¼ de dirhams, ainsi que des fels de bronze coulés.
A partir de 1820 (1236 H) l’atelier cessera pratiquement de fonctionner avec le développement de la production monétaire à Fès et Marrakech.

Les conflits avec la France, la guerre avec l’Espagne, le traité de 1856 mettant fin aux monopoles du makhzen provoqueront le déclin de l’activité portuaire au profit des villes comme Larache, Mazagan (El Jadida), Safi et Tanger.

La fin du XIXe siècle et le début du XXe seront marqués par la dégradation continue de l’environnement général, Essaouira Mogador ne représentant plus guère qu’une activité régionale avec moins de 15 % du commerce extérieur du pays.
Dynastie Alaouite 1075 H à ce jour (1664 J.-C. à ce jour)
Atelier d’Essawira (ph1)
Sr - Al-Suwair :
Sh - Al-Suwairah :
EM - Essaouira Mogador :
En plus de ces 3 calligraphies, on peut voir ci-contre deux types d’écritures pour les « ss » : Sin (س) ou Sad (ص).
Dirham 1191 H - Série Ahadun ! Ahad ! (ph2)
Cette série particulière rappelle l’unicité de Dieu, « Il n’y a qu’un Dieu, il est unique »
D’après D.Eustache il s’agirait de frappes exécutées sur la cassette personnelle du sultan Sidi Mohamed III ben Abd Allah suite à une période de disette et de thésaurisation du numéraire d’argent.
Dirham 1202 H
A partir de cette date on voit apparaître sur les dirhams :
- Le nom de l’atelier avec la lettre Sin (س )
- La date en chiffres arabes orientaux (appelés hindis au Maroc)
Dirhams 1203 H (ph3)
Cette pièce montre une date en chiffres arabes orientaux, mais le zéro ne l’est pas. Placé en milieu de ligne, grand ou petit, c’est un zéro gubari.
Dirham 1206 H (ph4)
On voit un retour aux chiffres européens et Essaouira désormais écrit avec sin. Il s’agit d’une frappe du prétendant Hisam ibn Mohammed,
Sous Sidi Mohammed III - 1171-1204 H (1757-1790)
- jusqu’en 1193 H frappe en chiffres européens et Sad ص
- de 1202 à 1203 H chiffres hindis avec grand ou petit 0 gubari et Sin س
- à partir de 1204 H retour aux chiffres européens, maintien du Sin
Sous Moulay Hisam – 1205-1212 AH (1790-1797)
- en 1206 H chiffres européens, maintien du Sin س
- en 1207 H type hybride avec chiffres européens
- en 1207 H chiffres européens, retour à la lettre Sad ص
Muzuna 1189 H (ph5)
Il n’y a pas de référence pour cette monnaie, classée avec le dirham E 232. Tout en connaissant l’existence de cette muzuna, D.Eustache n’avait pu en relever les caractéristiques exactes.
3 Fels 1215 H (ph6)
Les monnaies de bronze de un et deux fels sont assez courantes pour l’atelier d’Essaouira, par contre les pièces de trois fels sont rares. Cinq seulement ont été retrouvées, dont trois dans une seule collection.
Fels 1230 H (ph7)
Ici le « 29 » qui semble être une date n’est qu’un simple motif décoratif.
Dirham 1206 H (ph8)
Annelet à gauche de la date. Ce dirham sans atelier (probablement Essaouira), a été frappé par My Hisam, prétendant, tout comme son frère My-el Husayn
Dirham 1207 H (ph9)
D. Eustache indique que ces dirhams sans atelier, ont été frappés de 1206 H à 1209 H par le gouverneur Abd er-Rahman ibn Nasir qui reconnu comme sultan Moulay Hisam ibn Muhammad, prétendant à Asfi et Marrakesh.
L’atelier pourrait être Essaouira si l’on tient compte de la présence de la « Rose de Mogador » sur certaines de ces pièces.
On peut noter le passage à Essaouira en 1219 H du sultan Moulay Soulayman, sans savoir si ceci peut être mis en relation avec l’arrêt de la production entre 1220 H (Année d’ailleurs non répertoriée) et 1228 H.
La production des fels et 2 fels reprend donc en 1228 H et semble s’arrêter définitivement en 1234 ou 1235 H.
En 1238 H il faut encore signaler l’attaque et le pillage des revenus du port avec la complicité de l’escorte chargée de sa protection.
D’autres monnaies ne sont pas présentées dans cette courte présentation de l’atelier d’Essaouira-Mogador et notamment un ½ dinar 1207 H de poids bunduqi. Ce type à la rose à 6 pétales, appelée « Rose de Mogador » est bien connu pour appartenir à la tradition des orfèvres juifs locaux et indique probablement l’atelier d’es-Suwayra. On trouve par exemple cette rose comme décoration sur le fronton de très nombreuses maisons du mellah de la médina.
D’après Eustache il y aurait deux types de gravure, donc différents coins, ce qui implique une production d’une certaine importance.

Le riad de l’atelier monétaire « Dar es Sikka » existe toujours et est en bon état. On peut le voir au centre de la médina, au fond de la rue « Dar Dheb » (Maison de l’or) qui se termine en impasse, perpendiculaire à la rue Mohamed ben Abdellah.
Yvon Mereaux