Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• EDITO
• LE «PRINTEMPS MUSICAL DES ALIZéS»
• LES GNAOUAS
• LES INSTRUMENTS DES GNAOUAS
• LA MUSIQUE ARABO-ANDALOUSE & SES INSTRUMENTS
• HISTOIRE D€UNE RELIGION
• RAMADAN & FTOUR
• L€ARAUCARIA : L€ARBRE EMBLéMATIQUE D€ESSAOUIRA
• LE PAYS HAHA
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 45
• EDITO N° 45
• CLIN D€ŒIL
• VERS LE CAP SIM
• DAR SOLTAN ET BORJ EL OUED
• LA PêCHE à PIED
• LA SOURCE LMAHALOU
• LES NAUFRAGÉS DU CAP
• MOHAMED ZOUZAF
• «JEAN-PAUL OF ST. BARTH.», DES BIJOUX « éQUITABLES » !
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 44
• EDITO N° 44
• LES ZAOUïAS
• SECRET DE PORTES
• CATHERINE VIEU VOYAGE AU BLED
• HISTOIRE DE FILLES, CHIC & CHOC !
• DATTES ET PALMIER
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 43
• EDITO N° 43
• ESSAOUIRA SAINT-MALO : SŒURS JUMELLES OU VILLES EN MIROIR ?
• LE THé, UNE CULTURE PARTAGéE ENTRE LA CHINE ET LE MAROC !!
• GéRALD VALMER
• RAPHIA CRAFT MIRO UN CRéATEUR RARE !
• LE PAON, OISEAU MYTHIQUE
• ROUTE CÔTIÈRE DE SAFI, KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 42
• EDITO N° 42
• MAGIE DE TOUJOURS MEMOIRE D€ANTAN IMPRESSIONS D€AUJOURD€HUI-!!!!!
• CIMETIÈRE JUIF & HAÏM PINTO
• LA SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• LES EPICES
• HERVé  M. SEVAT MéMOIRES D€OUBLI
• UNE JOURNÉE DE BALADE NATURE ET CULTURE ! ESSAOUIRA-TAMANAR TABAYAT-TAFEDNEY-ESSAOUIRA
• ZAPPING SUR LA VILLE
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014

GUIDO N° 41
• EDITO N° 41
• ESSAOUIRA « VILLE MONDE »
• AGADIR ET ESSAOUIRA, LE NEC PLUS ULTRA DES VACANCES BALNÉAIRES AU MAROC
• LE VOYAGISTE THOMAS COOK SÉDUIT PAR LA DESTINATION MAROC
• LE MUSéE NATIONAL DU THé à ESSAOUIRA PARTENARIAT SINO-MAROCAIN
• ESSAOUIRA & LA POLOGNE
• LES MUSIQUES D€ESSAOUIRA
• LA MUSIQUE D€ESSAOUIRA ET D€AILLEURS CONCERT à L€IMA à PARIS
• RALLYE AïCHA DES GAZELLES 24èME éDITION DU 14 AU 29 MARS 2014
• ESSAOUIRA ET SA RÉGION : UNE MISE EN VALEUR PAR L€ARGANIER
• LA SARDINE COUSUE-MAIN

GUIDO N° 40
• EDITO N° 40
• LE CONSULAT DANOIS, UN BâTIMENT HISTORIQUE EN PéRIL
• DES MAQUETTES NAVALES, UNIQUES EN MéDINA !
• UN ARGANIER REMARQUABLE, OUI MAIS POURQUOI ?
• QUAND L€ART SE DEVOILE AU GRE DU VENT UN RENDEZ-VOUS EXCEPTIONNEL
• HISTOIRE D€ANI(MOT) : LE DROMADAIRE OU LE CHAMEAU
• LE CITRON ET SES VERTUS
• ZAPPING EN VILLE
• MROUZIA DE L€AID EL KÉBIR

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• ZOOM SUR LA VILLE
• LA PLACE MOULAY HASSAN
• RESPIREZ, NAGEZ, BOUGEZ, L€éTé EST Là !!
• LES GNAOUA ET LE FESTIVAL
• PANORAMA SUR LES ARTS PLASTIQUES SOUIRIS

GUIDO N° 38
• EDITO N° 38
• LA SYNAGOGUE ATTIA : FUTUR MUSéE DU JUDAïSME ?
• CHBANATE !!
• INSTALLATIONS DE PêCHE
• LA PâTISSERIE DRISS LIEU DE LA VILLE, UN ENDROIT IMPROBABLE
• AZIZ MOUJELLIL, PEINTRE/PORTRAITISTE
• LE PROJET DU CENTRE CULTUREL MOGADOR,
• LE RETOUR DE L€IBIS CHAUVE OU GERONTICUS EREMITA
• AïN AHJAR OU « LA SOURCE DES PIERRES »

GUIDO N° 37
• EDITO N° 37
• ECRIVAIN PUBLIC, UN MéTIER QUI PERDURE !!
• LA COOPéRATIVE DES MARQUETEURS
• LE MENZEH (OU ENTREPôT)
• YENNAYER OU LE NOUVEL AN BERBèRE OU AMAZIGH
• LE GENêT BLANC OU BILOUGUI
• BALADE EN VILLE
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 36
• EDITO N° 36
• RETOUR SUR LE FESTIVAL GNAOUA JUIN 2012
• L€éGLISE PORTUGAISE & LE CONSULAT DANOIS
• VOLUBILIS, UNE PLANTE à FLEURS, UN SITE ROMAIN ANTIQUE
• LE FAUCON D€ELéONORE
• D€ESSAOUIRA à SIDI KAOUKI, DUNES, PLAGES DéSERTES ET VILLAGES DE PêCHEURS
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 35
• EDITO N° 35
• L€ATELIER MONETAIRE D€ESSAOUIRA - MOGADOR
• ABDELAZIZ BAKI
• GERARD LOUCEL
• ARTISANS DU ROSEAU
• SAFI : LA MéDINA & LES MARABOUTS DE BORDS DE MER
• ZAPPING EN VILLE
• L€ARBRE DU VOYAGEUR OU RAVENALA MADAGASCARIENSIS
• MéMOIRE DES LIEUX : PLACE KHABAZINE OU GHOUBSZINE (CEUX QUI VENDENT LE PAIN)

GUIDO N° 34
• EDITO N° 34
• LA SYNAGOGUE SLAT LKAHAL
• L€ATELIER EMPREINTE : LES CADRES DE CAROLE ADALLOUCH
• MAGIC YOUSSEF : OU « UN PETIT TRUC TOUT SIMPLE » !
• A PROPOS D€ART, Y A-T-IL UNE ECOLE D€ESSAOUIRA ?
• L€ANE, PAS SI TêTE DE MULE !!
• ZAPPING EN VILLE
• MIMOSA ET FRAISES, L€HIVER EN COULEURS !

GUIDO N° 33
• EDITO N° 33
• LE CRIN VéGéTAL: UNE ANCIENNE HISTOIRE !
• DE L€OLIVE à L€HUILE ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT€
• CONFITURE D€OLIVES NOIRES
• LES PISTES AUTOUR DE SIDI KAOUKI
• ZAPPING EN VILLE
• LA GRENADE, (PUNICA GRANATUM), UN FRUIT MYTHIQUE

GUIDO N° 32
• EDITO N° 32
• AMERS ET PHARES : DES REPèRES POUR LES MARINS
• ANDRé MéNARD
• BABAHOUM
• LES CENTRES DE BIEN êTRE
• SAFI
• LE PHYTOLACCA EN PéRIL !
• LA STéVIA, UNE PLANTE AUX MILLE VERTUS
• ALAIN GéREZ

GUIDO N° 31
• EDITO N° 31
• GNAOUA ET MUSIQUES DU MONDE
• LE QUARTIER INDUSTRIEL : UNE NOUVELLE VIE?
• LA TANNERIE CAREL
• LES GRANDS MOULINS D€ESSAOUIRA
• MOHAMED TABAL : PEINTRE DES GNAOUAS
• ESPRIT NATURE
• AZEMMOUR
• LES TAZOTAS
• CHARLES KERIVEL : GRAND SUD MAROCAIN
• VU DANS LA PRESSE AU FIL DES JOURS
• FERMETURE DU MUSéE DE LA VILLE ?
• L€éPINARD : UN MOT, UNE PLANTE

GUIDO N° 30
• EDITO N° 30
• ALLIANCE FRANCO-MAROCAINE D€ESSAOUIRA
• ESSAOUIRA : LA MUTANTE
• BELAID BELHAOUI : DESSINATEUR DU VIVANT
• LE CAFé-HôTEL AABDI ET LA TRIBU DES AABDA
• ECHAUGUETTE - MOUCHARABIEH - JUDAS,
• ZELLIGE : L€HISTOIRE D€UN MOT
• TOURISME VERT à IDA OUGOURD
• ZAPPING EN VILLE
• LA FèVE, SACRéE PLANTE !

GUIDO N° 29
• EDITO N° 29
• FESTIVAL DE L€éTRANGE
• RENZO LULLI : SCULPTEUR
• L€HORLOGE
• LA FIXATION DES DUNES à ESSAOUIRA
• LE POSTE WATIER : MOULAY BOUZERKTOUN
• SECRETS DE BEAUTé DES FEMMES DU MAROC
• ZAPPING EN VILLE
• LE KAHKAH

GUIDO N° 28
• EDITO N° 28
• ANDALOUSIES ATLANTIQUES 2010
• PETITARTPETIT : ATELIER D€ARTS PLASTIQUES ET BOUTIQUE
• LE MUSéE SIDI MOHAMMED BEN ABDALLAH
• EPILATION à LA CIRE ET AU FIL
• DES MOTS € VALISE, HISTOIRE DE RIRE
• ZAPPING EN VILLE
• LA VALLéE DU PARADIS
• LE JACARANDA, LE FLAMBOYANT BLEU

GUIDO N° 27
• EDITO N° 27
• SAVE CINEMAS IN MAROCCO
• LE SOUK DE LA LAINE à ESSAOUIRA, UNE ACTIVITé QUI DISPARAîT
• LA RéHABILITATION DU MELLAH & DU QUARTIER DE LA SCALA
• TAGENZA & LE GARA GARA
• CITRON, LIME, LIMON
• LES BARQUES D€ESSAOUIRA EN DANGER
• CUISEURS SOLAIRES

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• INONDATIONS, LES PONTS DE DIABET
• LE BARRAGE DE ZERRAR
• SIDI MOGDOUL
• L€ASPHODèLE OU « POIREAU DE CHIEN »
• ASSASSINS
• OUALIDIA OU WALIDIA
• LA STèLE DE BIR KOUAT, UN MYSTèRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 25
• EDITO N° 25
• LE MIROIR D€ALICE : IOSU URIZ
• LES SAVONS DE MOGADOR
• LE PHYTOLACCA DIOïCA
• HAMMAM ET SPA
• SALADE DE MORUE à LA PASTèQUE
• ITINéRAIRE DANS LA VILLE ROUGE

GUIDO N° 24
• EDITO N° 24
• STREET ART
• DU VENT DANS LA TêTE...
• BLEU
• L'HUILE D'ARGAN DE SIDI YASSINE
• NEKNAFA ET SA « STATION THERMALE »
• TAJINE D€AGNEAU...
• LA STèLE DE BIR KOUAT : UN MYSTèRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 23
• DéSIR D'EAU - HISTOIRE D'EAU
• MEMOIRE DU PORT, CARNET DE BORD
• LES SQALAS
• L'EAU
• ABDELKEBIR KHATIBI
• LE LITTORAL DANS LA RéGION D'ESSAOUIRA
• BROCHETTES D€ESPADON....

GUIDO N° 22
• EDITO N° 22
• RALLYE AICHA DES GAZELLES 2009
• LE SABRA OU SOIE VéGéTALE
• CHARABIA
• LA MOSQUEE
• LA MENTHE, L€ABSINTHE
• LES CASCADES DE SIDI M€BAREK
• CôTES D€AGNEAU AU MIEL...

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13
• ZEN RITUELS SPA à L'HEURE BLEUE PALAIS
• ESSAOUIRA, EMBARQUEMENT IMMEDIAT

Guido : 41 - LES MUSIQUES D€ESSAOUIRA

Le son d’Essaouira, c’est d’abord celui des vagues de l’Atlantique qui battent les remparts.

Incessant, le bruit des géantes de l’océan se propage jusqu’au plus profond des riads de la médina de l’ancienne Mogador. C’est ensuite le cri des mouettes et des cormorans, oiseaux gourmands qui filent en bande les bateaux de pêche dont les chaluts regorgent de loups et de sardines. Enfin, il y a ces chœurs de moineaux matinaux qui chantent à l’unisson, cycliques comme un soufi.

L’intervention humaine apparaît ensuite : prières et chants du muezzin, cloches du dimanche, puisqu’une église catholique perdure dans ce fragment d’Afrique islamique. Mais essentiellement l’univers sonore de la ville est marqué à vie par un drôle de bruissement, tohu-bohu hypnotique, une abrasion qui s’affirme en crescendo jusqu’à l’étourdissement : les crotales, castagnettes sorties des forges, si menaçantes pour la raison qu’on donna leur nom aux serpents à sonnettes.

Essaouira a ainsi rajouté à sa carte d’identité portugaise, arabo-andalouse et berbère, du sang africain. Ce ne sont pas les familles Soudani ou Guinea, venues par le Mali qui diront le contraire. Elles forment aujourd’hui des confréries gnaoua qui pratiquent les rites et la musique du même nom, hérités d’un temps où les chemins de l’esclavage menaient encore à Mogador.

Si aujourd’hui la vigne a repris ses droits le long de l’oued Qsob par la vertu du domaine viticole du Val d’Argan, on cultiva ici la canne à sucre jusqu’en 1620, avec son lot de main-d’oeuvre « importée ». Devenue « le port de Tombouctou », Essaouira entretint longtemps ses commerces - ors, bijoux, esclaves...

Et, comme introduction à ces mystères, s’impose une halte dans les échoppes de musique de la grande rue Sidi Mohammed Ben Abdellah, dessinée à l’européenne, avec largesse et droiture, par l’architecte français Théodore Cornut en 1766. Sono poussée à fond, affiches et CD de compilation rappellent que chaque année en juin se tient le Festival gnaoua d’Essaouira, qui, en dix ans d’existence, est devenu le premier des festivals de musique marocains - ce qui n’est pas rien au regard de l’intense activité festivalière du royaume chérifien. Depuis deux ans, il se prolonge en août par le Festival des jeunes espoirs gnaoua.

Entre-temps, on joue des crotales, du guembri (trois cordes et un corps percussif) et du tambour dans les patios ou au siège de la Fondation pour l’art, le patrimoine et la culture d’Essaouira. Quand ce n’est pas sur le port, où les restaurants de poissons grillés font du coude à coude.
Ardentes confréries

Le voyageur à l’esprit ouvert et discret, le curieux tombera sur une lila, cérémonie -compter une quinzaine d’heures à battre des mains, à observer les transes de lamoqadma, la maîtresse des rites, et de ses ouailles - qui ressemble étrangement aux rituels animistes d’Afrique noire, que la traite a disséminés de Cuba au Brésil, de Haïti à Harlem.

Sept couleurs, des divinités affublées du nom des saints soufis, des incantations en arabe mélangé aux langues africaines, des bonnets ornés de cauris divinatoires que les mouvements circulaires de la tête font tourner à la vitesse du ventilateur.

Essaouira est une cité tranquille et pour le moment épargnée par les plans immobiliers de Marrakech. Du vent, des kilomètres de plages pliées en dunes : Essaouira attire les surfeurs, après les hippies fascinés en leur temps par l’animisme ambiant. La ville a misé sur la culture pour sortir d’un assoupissement que les héritiers des hippies du village de Diabat, de l’autre côté de l’oued, ont un temps brisé en vénérant saint Jimi (Hendrix), saint Paul (Bowles) ou saint Brian (Jones). Sous les yeux des héritiers de Diabat se déploient aujourd’hui les engins de chantier qui bâtissent un vaste complexe hôtelier et résidentiel de 10 000 lits, avec un golf de 36 trous. Pour le moment, on n’y entend que le taros, nom berbère du vent côtier. En juin, au moment du Festival gnaoua, des centaines de milliers de jeunes venus de tout le Maroc envahissent la médina, la plage, la place Orson-Welles.

Sur les terrasses des riads, le flot atlantique est bâillonné par les rumeurs de la ferraille (les fameux crotales). Revendiquer une négritude rythmique oblige à se dégager des préjugés : le Maroc n’est pas seulement arabe, nous raconte la ville aux bleus profonds, il est juif, berbère, africain, occidental et arabe. Alors, à la terrasse du café, surgissent un Chleuh (berbère) muni d’un ancêtre de banjo, un olibrius à cauris qui tape sur un guembri déglingué ou un porteur de djellaba beige et son tambourin harraz, signe de la confrérie soufi hmadcha, fondée au XVIIe siècle au nord, à Meknès. Essaouira bruisse de ces ardentes confréries - regraga, hmadcha, aïssoua... Toutes organisent des moussems, fêtes religieuses et très musicales.

Essaouira fut une grande ville juive. Deux moussems rappellent la vigueur des traditions séfarades dans la province d’Essaouira. En septembre, on célèbre le rabbin Haim Pinto (1749-1845), enterré dans le cimetière juif du bord de mer sous un mausolée blanc. En mai, on commémore Rabbi Nessim Ben Nessim, dont le sanctuaire occupe le village de Aît Bayyoud, à une quarantaine de kilomètres d’Essaouira. Mais le mellah, l’ancien quartier juif et pauvre d’Essaouira, à l’abandon, reste muet.