Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• EDITO
• LE «PRINTEMPS MUSICAL DES ALIZéS»
• LES GNAOUAS
• LES INSTRUMENTS DES GNAOUAS
• LA MUSIQUE ARABO-ANDALOUSE & SES INSTRUMENTS
• HISTOIRE D€UNE RELIGION
• RAMADAN & FTOUR
• L€ARAUCARIA : L€ARBRE EMBLéMATIQUE D€ESSAOUIRA
• LE PAYS HAHA
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 45
• EDITO N° 45
• CLIN D€ŒIL
• VERS LE CAP SIM
• DAR SOLTAN ET BORJ EL OUED
• LA PêCHE à PIED
• LA SOURCE LMAHALOU
• LES NAUFRAGÉS DU CAP
• MOHAMED ZOUZAF
• «JEAN-PAUL OF ST. BARTH.», DES BIJOUX « éQUITABLES » !
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 44
• EDITO N° 44
• LES ZAOUïAS
• SECRET DE PORTES
• CATHERINE VIEU VOYAGE AU BLED
• HISTOIRE DE FILLES, CHIC & CHOC !
• DATTES ET PALMIER
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 43
• EDITO N° 43
• ESSAOUIRA SAINT-MALO : SŒURS JUMELLES OU VILLES EN MIROIR ?
• LE THé, UNE CULTURE PARTAGéE ENTRE LA CHINE ET LE MAROC !!
• GéRALD VALMER
• RAPHIA CRAFT MIRO UN CRéATEUR RARE !
• LE PAON, OISEAU MYTHIQUE
• ROUTE CÔTIÈRE DE SAFI, KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 42
• EDITO N° 42
• MAGIE DE TOUJOURS MEMOIRE D€ANTAN IMPRESSIONS D€AUJOURD€HUI-!!!!!
• CIMETIÈRE JUIF & HAÏM PINTO
• LA SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• LES EPICES
• HERVé  M. SEVAT MéMOIRES D€OUBLI
• UNE JOURNÉE DE BALADE NATURE ET CULTURE ! ESSAOUIRA-TAMANAR TABAYAT-TAFEDNEY-ESSAOUIRA
• ZAPPING SUR LA VILLE
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014

GUIDO N° 41
• EDITO N° 41
• ESSAOUIRA « VILLE MONDE »
• AGADIR ET ESSAOUIRA, LE NEC PLUS ULTRA DES VACANCES BALNÉAIRES AU MAROC
• LE VOYAGISTE THOMAS COOK SÉDUIT PAR LA DESTINATION MAROC
• LE MUSéE NATIONAL DU THé à ESSAOUIRA PARTENARIAT SINO-MAROCAIN
• ESSAOUIRA & LA POLOGNE
• LES MUSIQUES D€ESSAOUIRA
• LA MUSIQUE D€ESSAOUIRA ET D€AILLEURS CONCERT à L€IMA à PARIS
• RALLYE AïCHA DES GAZELLES 24èME éDITION DU 14 AU 29 MARS 2014
• ESSAOUIRA ET SA RÉGION : UNE MISE EN VALEUR PAR L€ARGANIER
• LA SARDINE COUSUE-MAIN

GUIDO N° 40
• EDITO N° 40
• LE CONSULAT DANOIS, UN BâTIMENT HISTORIQUE EN PéRIL
• DES MAQUETTES NAVALES, UNIQUES EN MéDINA !
• UN ARGANIER REMARQUABLE, OUI MAIS POURQUOI ?
• QUAND L€ART SE DEVOILE AU GRE DU VENT UN RENDEZ-VOUS EXCEPTIONNEL
• HISTOIRE D€ANI(MOT) : LE DROMADAIRE OU LE CHAMEAU
• LE CITRON ET SES VERTUS
• ZAPPING EN VILLE
• MROUZIA DE L€AID EL KÉBIR

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• ZOOM SUR LA VILLE
• LA PLACE MOULAY HASSAN
• RESPIREZ, NAGEZ, BOUGEZ, L€éTé EST Là !!
• LES GNAOUA ET LE FESTIVAL
• PANORAMA SUR LES ARTS PLASTIQUES SOUIRIS

GUIDO N° 38
• EDITO N° 38
• LA SYNAGOGUE ATTIA : FUTUR MUSéE DU JUDAïSME ?
• CHBANATE !!
• INSTALLATIONS DE PêCHE
• LA PâTISSERIE DRISS LIEU DE LA VILLE, UN ENDROIT IMPROBABLE
• AZIZ MOUJELLIL, PEINTRE/PORTRAITISTE
• LE PROJET DU CENTRE CULTUREL MOGADOR,
• LE RETOUR DE L€IBIS CHAUVE OU GERONTICUS EREMITA
• AïN AHJAR OU « LA SOURCE DES PIERRES »

GUIDO N° 37
• EDITO N° 37
• ECRIVAIN PUBLIC, UN MéTIER QUI PERDURE !!
• LA COOPéRATIVE DES MARQUETEURS
• LE MENZEH (OU ENTREPôT)
• YENNAYER OU LE NOUVEL AN BERBèRE OU AMAZIGH
• LE GENêT BLANC OU BILOUGUI
• BALADE EN VILLE
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 36
• EDITO N° 36
• RETOUR SUR LE FESTIVAL GNAOUA JUIN 2012
• L€éGLISE PORTUGAISE & LE CONSULAT DANOIS
• VOLUBILIS, UNE PLANTE à FLEURS, UN SITE ROMAIN ANTIQUE
• LE FAUCON D€ELéONORE
• D€ESSAOUIRA à SIDI KAOUKI, DUNES, PLAGES DéSERTES ET VILLAGES DE PêCHEURS
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 35
• EDITO N° 35
• L€ATELIER MONETAIRE D€ESSAOUIRA - MOGADOR
• ABDELAZIZ BAKI
• GERARD LOUCEL
• ARTISANS DU ROSEAU
• SAFI : LA MéDINA & LES MARABOUTS DE BORDS DE MER
• ZAPPING EN VILLE
• L€ARBRE DU VOYAGEUR OU RAVENALA MADAGASCARIENSIS
• MéMOIRE DES LIEUX : PLACE KHABAZINE OU GHOUBSZINE (CEUX QUI VENDENT LE PAIN)

GUIDO N° 34
• EDITO N° 34
• LA SYNAGOGUE SLAT LKAHAL
• L€ATELIER EMPREINTE : LES CADRES DE CAROLE ADALLOUCH
• MAGIC YOUSSEF : OU « UN PETIT TRUC TOUT SIMPLE » !
• A PROPOS D€ART, Y A-T-IL UNE ECOLE D€ESSAOUIRA ?
• L€ANE, PAS SI TêTE DE MULE !!
• ZAPPING EN VILLE
• MIMOSA ET FRAISES, L€HIVER EN COULEURS !

GUIDO N° 33
• EDITO N° 33
• LE CRIN VéGéTAL: UNE ANCIENNE HISTOIRE !
• DE L€OLIVE à L€HUILE ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT€
• CONFITURE D€OLIVES NOIRES
• LES PISTES AUTOUR DE SIDI KAOUKI
• ZAPPING EN VILLE
• LA GRENADE, (PUNICA GRANATUM), UN FRUIT MYTHIQUE

GUIDO N° 32
• EDITO N° 32
• AMERS ET PHARES : DES REPèRES POUR LES MARINS
• ANDRé MéNARD
• BABAHOUM
• LES CENTRES DE BIEN êTRE
• SAFI
• LE PHYTOLACCA EN PéRIL !
• LA STéVIA, UNE PLANTE AUX MILLE VERTUS
• ALAIN GéREZ

GUIDO N° 31
• EDITO N° 31
• GNAOUA ET MUSIQUES DU MONDE
• LE QUARTIER INDUSTRIEL : UNE NOUVELLE VIE?
• LA TANNERIE CAREL
• LES GRANDS MOULINS D€ESSAOUIRA
• MOHAMED TABAL : PEINTRE DES GNAOUAS
• ESPRIT NATURE
• AZEMMOUR
• LES TAZOTAS
• CHARLES KERIVEL : GRAND SUD MAROCAIN
• VU DANS LA PRESSE AU FIL DES JOURS
• FERMETURE DU MUSéE DE LA VILLE ?
• L€éPINARD : UN MOT, UNE PLANTE

GUIDO N° 30
• EDITO N° 30
• ALLIANCE FRANCO-MAROCAINE D€ESSAOUIRA
• ESSAOUIRA : LA MUTANTE
• BELAID BELHAOUI : DESSINATEUR DU VIVANT
• LE CAFé-HôTEL AABDI ET LA TRIBU DES AABDA
• ECHAUGUETTE - MOUCHARABIEH - JUDAS,
• ZELLIGE : L€HISTOIRE D€UN MOT
• TOURISME VERT à IDA OUGOURD
• ZAPPING EN VILLE
• LA FèVE, SACRéE PLANTE !

GUIDO N° 29
• EDITO N° 29
• FESTIVAL DE L€éTRANGE
• RENZO LULLI : SCULPTEUR
• L€HORLOGE
• LA FIXATION DES DUNES à ESSAOUIRA
• LE POSTE WATIER : MOULAY BOUZERKTOUN
• SECRETS DE BEAUTé DES FEMMES DU MAROC
• ZAPPING EN VILLE
• LE KAHKAH

GUIDO N° 28
• EDITO N° 28
• ANDALOUSIES ATLANTIQUES 2010
• PETITARTPETIT : ATELIER D€ARTS PLASTIQUES ET BOUTIQUE
• LE MUSéE SIDI MOHAMMED BEN ABDALLAH
• EPILATION à LA CIRE ET AU FIL
• DES MOTS € VALISE, HISTOIRE DE RIRE
• ZAPPING EN VILLE
• LA VALLéE DU PARADIS
• LE JACARANDA, LE FLAMBOYANT BLEU

GUIDO N° 27
• EDITO N° 27
• SAVE CINEMAS IN MAROCCO
• LE SOUK DE LA LAINE à ESSAOUIRA, UNE ACTIVITé QUI DISPARAîT
• LA RéHABILITATION DU MELLAH & DU QUARTIER DE LA SCALA
• TAGENZA & LE GARA GARA
• CITRON, LIME, LIMON
• LES BARQUES D€ESSAOUIRA EN DANGER
• CUISEURS SOLAIRES

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• INONDATIONS, LES PONTS DE DIABET
• LE BARRAGE DE ZERRAR
• SIDI MOGDOUL
• L€ASPHODèLE OU « POIREAU DE CHIEN »
• ASSASSINS
• OUALIDIA OU WALIDIA
• LA STèLE DE BIR KOUAT, UN MYSTèRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 25
• EDITO N° 25
• LE MIROIR D€ALICE : IOSU URIZ
• LES SAVONS DE MOGADOR
• LE PHYTOLACCA DIOïCA
• HAMMAM ET SPA
• SALADE DE MORUE à LA PASTèQUE
• ITINéRAIRE DANS LA VILLE ROUGE

GUIDO N° 24
• EDITO N° 24
• STREET ART
• DU VENT DANS LA TêTE...
• BLEU
• L'HUILE D'ARGAN DE SIDI YASSINE
• NEKNAFA ET SA « STATION THERMALE »
• TAJINE D€AGNEAU...
• LA STèLE DE BIR KOUAT : UN MYSTèRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 23
• DéSIR D'EAU - HISTOIRE D'EAU
• MEMOIRE DU PORT, CARNET DE BORD
• LES SQALAS
• L'EAU
• ABDELKEBIR KHATIBI
• LE LITTORAL DANS LA RéGION D'ESSAOUIRA
• BROCHETTES D€ESPADON....

GUIDO N° 22
• EDITO N° 22
• RALLYE AICHA DES GAZELLES 2009
• LE SABRA OU SOIE VéGéTALE
• CHARABIA
• LA MOSQUEE
• LA MENTHE, L€ABSINTHE
• LES CASCADES DE SIDI M€BAREK
• CôTES D€AGNEAU AU MIEL...

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13
• ZEN RITUELS SPA à L'HEURE BLEUE PALAIS
• ESSAOUIRA, EMBARQUEMENT IMMEDIAT

Guido : 26 - OUALIDIA OU WALIDIA

El Oualid, le dernier sultan de la dynastie Saâdienne, donna son nom à cette station balnéaire, l’une des mieux protégées du côté atlantique nord.

Dans la partie haute de la ville, on peut encore apercevoir quelques vestiges de sa Casbah, édifiée en 1634, destinée à défendre l’accès du port aménagé dans la rade. Sur la plage, les ruines d’un palais royal construit par Mohammed V : longtemps resté à l’abandon il pourrait, à ce qui se prétend, être réhabilité.
D’Essaouira il faut compter environ deux heures et demie pour gagner Oulidia par la route côtière de Safi ou par la route intérieure. L’une comme l’autre offre de splendides paysages et de nombreuses haltes.

La route qui descend du village vers la lagune offre aux yeux deux dunes en demi-lune, un rocher au milieu le tout baigné par la superbe lumière, combinaison de la mer, du sable et du soleil. Ce ne sera que plus loin que se laisseront deviner les marais salants qui se prolongent plus au Nord.
Située entre El Jadida et Safi, la lagune d’Oualidia est l’un des sites au Maroc où l’ostréiculture s’est développée de manière artisanale depuis les années 1950, et en fait sa réputation. Cette lagune a fait l’objet de nombreux travaux portant sur les aspects biologiques, hydrologiques et géologiques ainsi que sur la qualité et la salubrité du milieu marin compte tenu de son importance sur les plans économique et touristique, afin d’améliorer et de rationaliser la gestion des ressources aquacoles de ce site.

Le site se trouve sur la côte atlantique, dans la province d’Al Jadida. Il se compose essentiellement d’une série de zones humides discontinues séparées de la mer par un cordon dunaire qui s’étend entre le village de Sidi El Abed (35 km au sud d’Al Jadida) au nord et la petite ville d’Oualidia (66 km au nord de Safi) au sud.
Ses plages, abritées par le cordon dunaire, la qualité de ses huitres et autres produits de la pêche, en fait un lieu touristique très prisé, en particulier l’été. La station balnéaire propose de nombreuses activités, balade en bateau ou kayak dans la lagune, surf, bains de mer, ou encore promenade dans les marais salants à la découverte de la faune et de la flore locales.

Les principales ressources d’Oualidia sont l’ostréiculture, le tourisme et la pêche, poissons, araignées de mer, oursins…
Ce complexe côtier atlantique est composé essentiellement de deux lagunes et de quatre marécages et salines, ensemble occupant un sillon inter dunaire limité à l’Est par une falaise haute de 50-80 m et à l’Ouest par un cordon de dunes vives. Le site comprend également la bande marine côtière et sa plage de sable ainsi que le cordon dunaire.

Ce complexe est très réputé en tant que site d’escale pour les oiseaux migrateurs côtiers, notamment les limicoles, mais il fait également l’objet de diverses exploitations qui lui affectent une grande valeur écologique.

La lagune d’Oualidia s’inscrit dans un domaine de 7 km de long sur 0,4 à 0,5 km de large. De l’aval vers l’amont de la lagune, trois domaines y sont distingués. En premier lieu, deux passes dont une principale de 150 m de large environ, permanente et active toute l’année, et une secondaire de 50 m de large, active uniquement en période des marées de vives-eaux ; ces deux passes assurent à la lagune une communication continue avec l’Océan Atlantique. En second lieu, un chenal principal dont la profondeur maximale ne dépasse pas 5-6 m accompagné par des chenaux secondaires (de profondeur maximale 1 à 1,5 m). Le dernier domaine est, quant à lui, représenté par une digue artificielle séparant la lagune des marais salants.

Les paysages sont spectaculaires et il ne faut surtout pas manquer l’occasion d’effectuer une promenade au bord de la lagune, derrière les rochers ou aux pieds des grottes, ou encore de profiter du relief des falaises qui jouent habilement avec les rayons du soleil et sublimes la lumière du soir.

La lagune se prolonge sur quelques kilomètres au Nord de la station balnéaire par des marais salants dont les bassins de récolte du sel s’étalent le long de la côte atlantique. La lagune et ses marais sont le royaume des oiseaux et il est possible, à pied ou en bateau d’approcher de beaux spécimens de hérons cendrés, de spatules, de grands cormorans, et même parfois de flamants roses.

La quasi-totalité des oiseaux migrateurs empruntant normalement la voie est-atlantique passe par le site et presque toutes les espèces hivernant régulièrement dans l’ensemble du Maroc y sont représentées soit 114 espèces d’oiseaux d’eau, avec en moyenne 15.335 individus, soit plus de 3 % du peuplement d’oiseaux d’eau hivernant au Maroc.
Ce complexe est considéré parmi les trois meilleurs sites pour l’hivernage et le passage des limicoles au Maroc, réputé pour son rôle d’escale migratoire à mi-chemin entre les sites côtiers de Merja Zerga et de Souss-Massa. Les espèces d’oiseaux les plus remarquables, présentes dans le site avec des effectifs intéressants, sont le Pluvier doré, l’Echasse blanche, le Courlis cendré, la Sarcelle marbrée et la spatule blanche. Une dizaine d’espèces remarquables se reproduisent dans le site de manière régulière ou occasionnelle.
D’autres groupes d’animaux sont représentés dans le site par des espèces rares endémiques marocaines tel que l’Amphibien Pelobates varaldii.

Une escale à Oualidia ne manquera pas donc pas de combler les amateurs de nature, de bains de mer, de calme ou encore de fruits de mer et de poissons. Les restaurants et hôtels ou maisons d’accueil se sont multipliés ces dernières années.

La nappe phréatique, très proche de la surface (1 m dans certains endroits), est très exploitée, aussi bien pour l’agriculture que pour des utilisations ménagères dans les douars avoisinant les zones humides. Il convient de noter que 10 % des exploitants agricoles utilisent le système d’irrigation par goutte à goutte, très rationnel dans l’utilisation de l’eau. Mais l’utilisation de cette nappe, qui se fait via un total d’environ 1400 puits, demeure encore anarchique et intense