Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• THE GNAOUA
• ARAB-ANDALUSIAN MUSIC
• HISTORY OF A RELIGION

GUIDO N° 45
• TOWARDS CAPE SIM
• DAR SOLTAN AND BORJ EL OUED
• SHELL FISHING
• THE LMAHALOU SPRING

GUIDO N° 44
• THE ZAOUÏAS
• DOORS HAVE THEIR SECRETS
• DATES AND PALM TREES

GUIDO N° 43
• THE TOWNS OF ESSAOUIRA AND SAINT-MALO: TWIN SISTERS OR MIRROR IMAGES OF EACH OTHER ?
• RAFFIA CRAFT MIRO : AN EXCEPTIONAL DESIGNER
• SAFI COASTAL ROAD KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA

GUIDO N° 42
• ETERNAL MAGIC YESTERYEAR MEMORIES TODAY’S IMPRESSIONS - !!!!!
• THE SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• SPICES

GUIDO N° 41
• ESSAOUIRA: « A WORLD WITHIN A TOWN »
• THE NATIONAL TEA MUSEUM IN ESSAOUIRA, A CHINESE AND MOROCCAN PARTNERSHIP
• ESSAOUIRA AND ITS REGION ENHANCED BY THE DEVELOPMENT OF THE ARGAN TREE
• A TOP QUALITY SARDINE

GUIDO N° 40
• UNIQUE MODEL SHIPS IN THE MEDINA!
• AN OUTSTANDING ARGAN TREE! YES, BUT WHY?
• THE DROMEDARY CAMEL AND THE BACTRIAN CAMEL
• LEMONS AND THEIR PROPERTIES

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• MOULAY HASSAN SQUARE
• BREATHE, SWIM AND MOVE AROUND: SUMMER IS HERE!
• THE GNAOUA AND THE FESTIVAL

GUIDO N° 38
• THE ATTIA SYNAGOGUE: A FUTURE MUSEUM OF JUDAISM?
• THE RETURN OF THE BALD IBIS OR GERONTICUS EREMITA
• AÏN AHJAR OR THE « SOURCE FROM THE ROCKS »

GUIDO N° 37
• PUBLIC LETTER-WRITERS, A LONG LASTING TRADE!!
• THE INLAYERS’ COOPERATIVE
• THE MENZEH (OR WAREHOUSE)
• YENNAYER OR BERBER NEW YEAR OR AMAZIGH
• THE BRIDAL VEIL BROOM OR « BILOUGUI »

GUIDO N° 36
• THE PORTUGUESE CHURCH & THE DANISH CONSULATE
• ELEONORA’S FALCON
• FROM ESSAOUIRA TO SIDI KAOUKI DUNES, DESERTED BEACHES AND FISHERMEN’S VILLAGES

GUIDO N° 35
• REED CRAFTSMEN
• SAFI : THE MEDINA AND THE MARABOUT ALONG THE COAST
• TOWN ZAPPING
• THE TRAVELLER’S TREE OR RAVENALA MADAGASCARIENSIS

GUIDO N° 34
• THE SLAT LAKLHAL SYNAGOGUE
• THE DONKEY: NOT SO STUBBORN!

GUIDO N° 33
• ORGANIC HORSEHAIR : AN OLD STORY!
• FROM OLIVE TO OIL ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT…
• BLACK OLIVE JAM
• THE TRACKS AROUND SIDI KAOUKI

GUIDO N° 32
• BEACONS AND SEA MARKS : REFERENCE POINTS FOR SAILORS
• WELL BEING CENTRES
• SAFI

GUIDO N° 31
• GNAOUA AND WORLD MUSIC
• A NEW LIFE FOR THE INDUSTRIAL ZONE?
• AZEMMOUR
• THE TAZOTA
• GATHERED IN THE PAPERS AS DAYS WENT BY

GUIDO N° 30
• ESSAOUIRA, THE « EVER-CHANGING »
• THE CAFÉ-HÔTEL AABDI AND THE AABDA TRIBE
• WATCHTOWER-MOUCHARABIEH-PEEPHOLE
• GREEN TOURISM IN IDA OUGOURD
• IN-CITY ZAPPING

GUIDO N° 29
• THE CLOCK
• LA FIXATION DES DUNES À ESSAOUIRA
• THE WATIER STATION - MOULAY BOUZERKTOUN
• BEAUTY SECRETS FROM MOROCCAN WOMEN
• TOWN ZAPPING

GUIDO N° 28
• FESTIVAL OF THE ATLANTIC ANDALUSIAS 2010
• TOWN CHECK
• PARADISE VALLEY

GUIDO N° 27
• THE WOOL SOUK IN ESSAOUIRA, A VANISHING ACTIVITY
• REHABILITATION OF THE ESSAOUIRA MELLAH AND OF THE SCALA AREA
• TAGENZA AND GARA GARA

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• FLOODING, THE BRIDGES OF DIABET
• THE ZERRAR DAM
• SIDI MOGDUL
• OUALIDIA OR WALIDIA

GUIDO N° 25
• ALICE’S LOOKING GLASS : IOSU URIZ
• THE SOAPS OF MOGADOR

• HAMMAM AND SPA
• ITINERARY IN THE RED TOWN

GUIDO N° 24
• STREET ART
• THE ARGAN OIL FROM SIDI YASSINE
• A TOUR TO NEKNAFA AND ITS « SPA »

GUIDO N° 23
• LOGBOOK ENTRIES : MEMORIES OF THE PORT
• THE SQALAS
• THE WATER
• A TOUR OF THE COASTLINE AROUND ESSAOUIRA

GUIDO N° 22

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13

Guido : 36 - VOLUBILIS, UNE PLANTE À FLEURS, UN SITE ROMAIN ANTIQUE

Fleur de jardin à la végétation exubérante avec ses grandes fleurs bleues en entonnoir, le volubilis (Ipomoea purpurea) plante herbacée annuelle de la famille des Convolvulaceae, appelé encore ipomée ou liseron bleu (en anglais morning glory) étonne toujours.

Plante grimpante grâce à ses tiges volubiles qui peuvent atteindre jusqu’à 5 mètres de haut, elle se mélange aux fleurs et à la végétation d’autres arbres. Au printemps le volubilis est partout et illumine les jardins, cascades de fleurs colorées.

Originaire d’Amérique centrale la plante sera annuelle ou vivace, selon les régions, le climat ou les variétés. Sa fleur en forme de trompette éclot entre Mai jusqu’à la fin de l’automne de couleur blanche, bleue, rose ou violette et parfois panachée. La fleur ne dure qu’un jour ou deux, généralement s’ouvre le jour et se ferme en milieu d’après-midi ; au Maroc elle est essentiellement bleue. La croissance de cette plante est extrêmement rapide : elle peut même atteindre 3 à 6 mètres en quelques semaines. Elle a l’avantage d’être volubile et donc de se fixer toute seule sur le treillage, la clôture, l’arbre ou la tonnelle qu’elle va littéralement enlacer.

Mais Volubilis est également le plus important site antique Romain du Maroc. Volubilis est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco depuis 1997.
Située sur les contreforts du massif de Zerhoun, à 30 km de Meknès, la cité antique de Volubilis fut créée au IIIe siècle av. J.-C., sous influence carthaginoise.

Au IIe siècle av. J.-C., elle fait partie du royaume maurétanien qui se forme en Afrique du Nord et devient, sans doute, l’une des résidences royales de Juba II, roi maurétanien allié à Rome. Annexée, la ville connaît deux siècles de romanisation avant d’être abandonnée au IIIe siècle, à la chute de l’empire romain.

Conquise par les Arabes au VIIe siècle, la cité devient musulmane, et Idris, fondateur de la première dynastie marocaine, s’y installe, avant de choisir Fès comme capitale. Habité jusqu’au XIIe siècle, le site de Volubilis tombe ensuite dans l’oubli. Il est aujourd’hui visité par des dizaines de milliers de personnes chaque année.
C’est la ville entière que l’on peut visiter avec son forum, sa basilique, ses temples et ses quartiers d’habitations et artisanaux. De nombreuses maisons de plan carré ou rectangulaires, pour certaines de plus de 1500 m2, comportaient de nombreuses pièces groupées autour d’un péristyle. Dix-sept d’entre elles présentent in situ d’extraordinaires mosaïques bien préservées, pour la plupart figurées comme celles des maisons aux colonnes, au cavalier, aux travaux d’Hercule, des Néréides, des fauves, de Vénus. Pour les amoureux des vieilles pierres, une idée de balade vers le Nord !

Le nom de la ville vient du latin volubilis signifiant « qui tourne, qui a un mouvement giratoire ». Le nom berbère de la ville est Walili, Oualili, ou Walila en arabe qui désigne la fleur de liseron donc du volubilis présenté ci-dessus. La ville vivait du commerce de l’huile d’olive. On retrouve dans les ruines de nombreux pressoirs à huile.